« Et le Verbe s’est fait chair… Et il a habité parmi nous » (Jn 1,14)

 

Humain

L'humanité de Dieu ! Qui aurait pu oser inventer une pareille formule ? C’est pourtant ce qui différencie le christianisme des autres religions : en Jésus de Nazareth, Dieu s'est fait humain. Ainsi commence le Mystère du Salut : avec humanité !

Jésus n'est pas un sauveur désincarné, il n'est pas un sauveur « extra-terrestre » : il n'est pas l’un de ces héros soi-disant « sauveurs » des séries télévisées. Il n’est ni un gourou ni un être supérieur qui manipulerait les hommes à sa guise ou viendrait les illuminer comme un magicien spirituel ! Il ne nous appelle pas à nous élever dans les vapeurs spirituelles de je ne sais quel Nirvana pour trouver le bonheur ! C'est dans l'histoire concrète et quotidienne d'un homme que s'inscrit le salut de Dieu pour l'humanité.

Si Dieu est humain, quelle dignité pour l'homme ! « Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. » (Jn 1,14). Mais de quelle gloire s’agit-il ? Devant quelle gloire vont venir s’agenouiller les bergers et les Mages dans la nuit de Bethléem ? La gloire d’un bébé pauvre et fragile, né dans un champ et déposé dans une mangeoire d’animaux parce que ses parents n’étaient pas dignes de l’hôtel… La « gloire » d’un bébé incapable de parler pour révéler le Verbe de Dieu ! Ce bébé-là révèle la vraie toute puissance du Dieu d’amour ! Comme le condamné à mort sur une Croix abandonné de ses amis et entouré de deux bandits révèlera plus tard « le salut qui s’accomplit ».

S’il en est ainsi, nous célébrons à Noël la dimension divine de toute vie humaine : car notre Dieu vient naître dans nos mangeoires, dans nos petitesses et nos pauvretés. Comme pour Pierre, pour les pécheurs et pour tous les paralytiques, les aveugles et les femmes adultères, il reconnaît notre dignité au cœur même de nos faiblesses et de nos reniements !

C'est cela que nous fêtons à Noël : on peut regretter la débauche d'argent et la récupération commerciale ; mais que de trésors d'imagination et d'énergie pour dire l’amour et la tendresse, pour que ce jour soit différent des autres, pour être plus humain et rendre le monde plus humain.

Que Noël soit aussi le jour où nous dépassons nos jugements et nos rejets sur les autres pour reconnaître leur dignité, malgré leurs erreurs, et pour discerner la beauté qui les habite !

Que Noël soit aussi le jour où nous retrouvons l’espoir en nous, parce que nous nous sentons rejoints par l’amour là-même où nous nous sentons fragiles et blessés.

« C’est Noël sur la terre chaque jour… car Noël, ô mon frère, c’est l’amour ! »

 Marc THOMAS

marc-thomas@orange.fr

Version PDF imprimable